Agriculture et biodiversité

 

Un grand nombre d’espèces animales et végétales sont associées aux écosystèmes agricoles.

 

En dépit de la crise écologique que nous traversons, la biodiversité est encore bien présente dans nos campagnes. Un grand nombre d’espèces sont associées aux agrosystèmes. Elles ont besoin de l’agriculture pour se maintenir. C’est un enjeu important puisque l’agriculture occupe 45% du territoire wallon. On y trouve toute une diversité de milieux qui constituent autant d’habitats pour la faune et la flore.

 

Les prairies sont des milieux ouverts qui peuvent être riches en biodiversité. Selon le type de sol (sec ou humide), le niveau de fertilisation et le mode d'exploitation (fauchage ou pâturage), il en existe une grande diversité comme par exemple les prairies de fauche, les pâtures maigres, les prés humides de fonds de vallées, les bas-marais ou les pelouses sèches. Parmi les espèces animales strictement inféodées à ces milieux, citons le tarier des prés, le râle des genêts, le cuivré de la bistorte ou la coronelle lisse.
Les zones de grandes cultures sont fréquentées par la petite faune des plaines agricoles (lièvre, perdrix grise, caille des blés, alouette des champs, vanneau hupé, etc.) qui peut y trouver abri et nourriture.
Les vergers et les prés-vergers avec d’anciennes variétés de fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers) présentent un grand potentiel biologique. Les arbres en floraison attirent les insectes butineurs (abeilles, bourdons), alors que les cavités servent d’habitat pour les oiseaux cavernicoles (pics, chouette chevêche, sitelle torchepot) ou les chauves-souris (noctules, murin de Bechstein, murin de Daubenton).
Les plans d’eau et les zones humides (étangs, mares, marais, berges des cours d’eau, fossés, etc.) sont les habitats privilégiés des batraciens (grenouilles, crapauds, tritons), des libellules et de certaines espèces d’oiseaux (poules d’eau, bécassine des marais, martin pêcheur, etc.). Plusieurs espèces de chauves-souris (comme le murin de Daubenton) les fréquentent comme zones de chasse.
Les haies, les alignements d’arbres, les lisières et les bosquets : ces éléments linéaires ou ponctuels constituent le bocage et font parties du maillage écologique. Ils servent de site de reproduction ou de couloirs de dispersion pour les oiseaux (pies-grièches, rossignol philomèle, pipit des arbres), les reptiles (couleuvre à collier, vipère péliade), les petits ou grands mammifères (muscardin, blaireau, chevreuil) et bien d’autres encore.

 

Un des objectifs du programme agroenvironnemental est de conserver la biodiversité en agriculture. Diverses méthodes agroenvironnementales et climatiques (MAEC) sont mises en oeuvre pour atteindre cet objectif. Des suivis scientifiques sont réalisés pour évaluer l'impact de ces méthodes sur la biodiversité.

Pour en savoir plus :
La collection Agrinature